Tag Archives: Cameroun

Cameroun : Au moins 3 morts et 3 blessés dans un attentat suicide à Mora

Une explosion a causé la mort d’au moins trois personnes ce matin à Mora, dans le département du Mayo-Sava, région de l’Extrême-nord. Les explosions se sont produites peu après 5h45 (GMT) au quartier Guirbala de Mora, confirme à KOACI un témoin oculaire. D’après un premier bilan fourni par une source sécuritaire, ayant fortement requis l’anonymat, 3 personnes ont été tuées dans l’explosion dont les deux kamikazes et une dame. Les explosions ont également fait 3 blessés graves dont un enfant. Armand Ougock, Yaoundé.

Source : koaci

Advertisements

Cameroun: Il rattrape son épouse à l’aéroport qui s’enfuyait avec une partie du compte en banque

Un homme a rattrapé son épouse à l’aéroport de Yaoundé Nsimalen, jeudi dernier en début de soirée, au moment où celle-ci attendait l’heure pour engager les formalités en vue de son embarquement, apprend KOACI de la victime.

La jeune épouse de 32 ans, tentait de quitter son mari de 39 ans, en lui laissant leurs 4 enfants et en emportant plus de la moitié de leur épargne, soit un peu plus de 2,5 millions FCFA du couple, logés dans un compte commun.

Le mari, originaire de l’Ouest est conducteur de taxi et propriétaire de plusieurs autres. Il a été informé du projet secret de sa dulcinée, par la meilleure copine de son épouse.

Se sentant trompé, l’époux s’est rendu précipitamment à l’aéroport de Yaoundé, le jour du vol, avec l’acte de mariage du couple et a réussi à empêcher le voyage de son épouse pour un pays européen.

D’après les informations rapportées par le mari, son épouse originaire de Douala dans le Littoral, fréquentait assidûment un cyber café du quartier Nkoabang, où habitait le couple.
Dans ce cyber café, la jeune épouse ambitieuse, avait fait la rencontre d’un européen, qui lui avait promis une vie meilleure et un mariage.

Au bout de plusieurs échanges virtuels, la jeune dame aurait décidé de retrouver son « blanc ».

Après la découverte du pot aux roses jeudi dernier, le mari, a décidé de demander le divorce. Les deux familles ont entamé des démarches pour que revienne la sérénité et que l’idée du divorce soit oubliée.

Source: Koaci.com

Dans le couloir des travailleuses du sexe au Cameroun

Suite à cet acte, le préfet du Wouri ordonne la fermeture de tous les débits de boisson et des auberges situés en ce lieu. Pourtant, depuis lors, l’activité bat son plein. Les filles de joie continuent d’exercer de jour comme de nuit.
Devant certaines auberges scellées et un peu retirées de la route, six femmes dont l’âge oscille entre vingt et quarante ans sont assises. Légèrement vêtues, elles échangent calmement. Deux d’entre elles tiennent en main des bâtons de cigarette qu’elles fument de temps en temps. Un peu plus loin, à une autre entrée, des filles de joie identifiables à leurs vestimentaires et des coiffures tape-à-l’œil sont assises devant les portes de leurs chambres et discutent en toute quiétude. Il est un peu plus de 15h ce samedi 06 mai 2017, au lieu dit Elf Village, à Douala. Pourtant, ce haut-lieu de prostitution ne présente pas son visage des jours ordinaires. Les snacks et bars alentour sont fermés. Les scellés sont encore visibles sur les portes. Les chaises sont superposées les unes sur les autres ou rangées sur des tables.

Les travailleuses du sexe
La fermeture des snacks bars est effective. Fermeture ordonnée par le préfet du Wouri, après l’assassinat, le 29 avril dernier, de trois filles de joie par un élément du Bataillon d?intervention rapide (Bir). Une interdiction qui n’empêche pourtant pas les travailleuses du sexe d’exercer leur activité de jour comme de nuit. Juste quelques auberges ici sont scellées, apprends-on. Et, pour beaucoup, «c’est juste l’entrée principale de ces auberges qui ont été scellées. Ces auberges ont d’autres entrées secondaires où les travailleuses du sexe et leurs clients passent pour continuer d’exercer leur activité», note un riverain. Malgré la fermeture des snacks et bars, les filles de joie sont présentes. A 20h, c’est un autre visage que présente ce lieu. Des filles arpentent les trottoirs de cette route. Bien qu’étant en nombre réduit, elles mobilisent un nombre important d’hommes qui s’arrêtent parfois à cet endroit où diverses activités telles que call box, vente de porc à la braise, poisson à la braise, de cigarettes et bonbons, pullulent.

Débandade
A chaque passage d’un véhicule du commissariat du 8ème arrondissement ou de l’Equipe spéciale d’intervention rapide (Esir), c’est la débandade pour certaines prostituées. Les plus courageuses restent calmement et continuent à exhiber leurs atouts et héler de potentiels clients au passage. Et ce, malgré les opérations de rafles qui y sont de plus en plus fréquentes, apprend-on. Malgré la psychose qui a régné après le décès de trois prostituées, l’activité a repris son cours normal. Les clients, eux, sont toujours aussi nombreux, confie une tenancière d’un call-box. A voir ces vendeuses de charme accourir auprès des clients, on pourrait croire que l’anarchie règne en maître sur ce site. Que non !

Regroupements d’auberges
L’activité de la prostitution obéit à certaines règles, au lieu-dit ‘‘Carrefour j’ai raté ma vie’’. La zone compte plus de dix sites de prostituées. Ces sites sont des regroupements d’auberges dans lesquels ces filles travaillent à toute heure de la journée. La majorité d’entre elles vivent dans leurs chambres de passes. A en croire l’une d’entre elles, «il y a plusieurs options pour avoir une chambre. Soit tu prends une chambre à 2000 Fcfa la nuit et tu paies 60 000 Fcfa le mois, que tu travailles ou pas. Et dans ce cas, la chambre n’est attribuée à personne d’autre ; soit tu viens chaque soir et tu loues une chambre. Ce qui revient plus cher. Mais, dans la majorité des cas, les filles qui vivent sur place louent une chambre, y vivent et y travaillent. Pour celles qui ne vivent pas sur place et qui ne viennent que de nuit et repartent le matin après le travail, elles se mettent à plusieurs pour louer une chambre et paient mensuellement. Là, elles ont l’assurance de toujours avoir leur chambre». Et dans le second cas de figure, le remplacement de la literie et le nettoyage de la chambre incombe au propriétaire de l’auberge.
Source: 237online