Suite à cet acte, le préfet du Wouri ordonne la fermeture de tous les débits de boisson et des auberges situés en ce lieu. Pourtant, depuis lors, l’activité bat son plein. Les filles de joie continuent d’exercer de jour comme de nuit. Devant certaines auberges scellées et un peu retirées de la route, six femmes […]

Rate this: